Accéder au contenu principal

 

PERSPECTIVE

Examinons la situation.

Les « Sustainables Developement Goals » prônés par les Nations Unies sont chaque année, réaffirmés et renforcés, sans qu’aucune mesure ne soit effectivement appliquée compte tenu des nécessaires besoins vitaux (1).

 De nombreux économistes se posent la question de l’abondance des biens et de ressources en développement dans un monde global limité.

Ajoutons que Robert Boyer s’interroge dans un de ses livres sur une nouvelle Epistémologie de l’Economie (2)

Alexandre Rojey, ( Fondation Tuck) pose la question : « Quel monde demain, Apocalypse ou Renouveau du sens » , démarche toute à l’opposé des tendances actuelles de la société de consommation (3)

Après ces constats décourageants ,

L’analyse des épreuves à surmonter par le monde économique et industriel , en plus d’un changement  de paradigme concernant l’innovation technico-scientifique et de son déploiement, entrainant régulations sociétales et environnementales à définir sur un mode prospectif et systémique , en les déployant dans des approches scientifiques nouvelles.

C’est là que l’approche scientifique approfondie pluridisciplinaire s’impose.

Il faut néanmoins s’assurer au départ, de l’autonomie, dans la rigueur, du savoir , comme Nathalie Heinich l’indique dans sa note parue dans Fondapol (4)

A ce sujet des cris d’alarme ont été émis : Science de l’effondrement ou effondrement de la science ; Revue SESAME récente (5), approche à méditer ?

Il faut noter, ici ; l’important essort de banques de données scientifiques accessibles et sùres ( FAIR ? EOSC Portal,,…)

Le Carnet des ‘Sciences’, (CNRS), au sujet du changement climatique examiné par différents scénarios, (dont celui du Giec , très controversé, mais adopté (de façon inappropriée) par la classe politique mondiale, en posant la question primordiale d’une nécessaire modélisation du futur ; trouver les systèmes maitres environnementaux de l’établissement du climat, comme nous le souhaitons, (6), alors que germent des projets spécifiques, ici ou là, (Ex :vecteur énergétique : hydrogène ?) isolés.

    Des analyses approfondies de ces systèmes doivent être entreprises, sans oublier pour notre survie, de couvrir par des approches semblables les ressources de matiéres premiéres (7) et autres ressources (cycle l’Eau,et de ses usages,… Académie de l’Eau(8),....)        

Un  important exemple est celui de la biomasse forestière , dont les ressources chimiques, matériaux, biodiversité sont détruites (amazonie) ou négligées , comme l’Académie d’Agriculture le signale en France (9)

Mais je terminerais ce tour d’horizon en faisant une constatation qui aide à comprendre la marche folle de l’Economie Mondiale actuelle, en permettant de consacrer, par ailleurs toute notre énergie à nos recherches scientifiques systémiques approfondies :

Sous prétexte d’une pandémie qui est passée par là, les bases anciennes de L’Economie sont balayées (après plusieures alarmes) ;

Vers  la fin du 19é Siécle, l’économie ,surtout industrielle, était menée par des Maîtres de forge ,dominateurs, remplacés par des entreprises locales, puis internationales, regroupant des CA regroupant des Entrepreneurs importants.

Par des processus d’acquisition et d’échange, de très grandes fortunes sont passées entre les mains d’un poignée de dirigeants internationnaux qui sont parfaitement informés par des Agences ad’hoc sur les acquisitions et développements potentiels (examen de tous business plans fournis par nos modernes Entrepreneurs – certains roulent tout seul-) indiquant le retour sur investissement (30% sur 3ans ?), qui induit le choix des développements à réaliser, des multimillionnaires internationaux. C’est ce que je crois avoir compris de la tribune publiée dans le « Monde » par Michel Berry ( 10) en termes plus choisis et que Olivier Passet , de CERFI,  nomme une Economie inversée (11).

Il faut redonner la parole au Monde scientifique, en l’absence de choix effectifs de nos entrepreneurs, pour les   éclairér, pour éviter l’aveuglement de la haute finance, qui mène actuellement le monde à sa perte.

Albert Truyol   - Pd. De l’Académie d’Environnement

 

REFERENCES :

(1)         Heading towards an unsustainable world : some of the implications of not achieving the SDGs  

Walter Leal Filho and others                                                                         

Springer Nature Switzerland AG 2021

(2) Robert Boyer : Une discipline sans réflexivité peut-elle être une Science ? Editions de la Sorbonne

(3) Conférence 2100. Conf. à EFREI – 1er Oct.2015

(4) Nathalie Heinrich : Défendre l’Autonoie du Savoir

Note de Fondapol

(5) Revue mensuelle Sesame – INRAE – Pierre Sersiron et Tanguy Martin

(6) CARNETS DE SCIENCE – La Revue du CNRS – Climat, notre avenir en question ; Comment modéliser le Futur

(7) « Les Matières Premières » – MINES- Revue des Ingénieurs – Mars/Avril 2012

(8) Académie de l’EAU

(9) Point de vue d’Académiciens pour un engagement bien plus fort et de long terme en faveur des forêts métropolitaines françaises

(10)  Tribune du Monde de Michel Berry et Christophe Deshayes-  Qui aurait parié en 2019 que toutes les grandes entreprises réussiraient à s’adapter si facilement à l’impératif du confinement

(11)     XERFI Canal - Olivier Passet -  Chronique sur les Données économiques d’avant …et celles dans un Monde où la notion de capital fixe porte de moins en moins bien son nom !                                                                                                                                                                                                                                                                                                               

 

                                                         

 

 

 

 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Communication -

  Relance de l’Académie d’Environnement francophone, philosophique et scientifique. Chers éminents professeurs et chercheurs scientifiques de toutes disciplines, membres de sociétés savantes, et tous nos amis, correspondants, passés, présents et futurs, bonjour.   En ces temps difficiles, mais plein de renouveaux, et poussés par de nombreux amis et connaissances, nous vous proposons de nous accompagner pour donner à l’Académie d’Environnement (ACADEMIE D’ENVIRONNEMENT .COM) un PROLONGEMENT nouveau, conforme à l’esquisse publiée sur notre site (rubrique Accueil) décrivant une approche plus globale de l’ environnement, tel que les sciences fondamentales et appliquées actuelles et leur rapides prolongements en cours, nous permettent d’aborder.   En rappel   C’est, au minimum, à partir de cet ensemble de remarques, à préciser, à expliquer, à critiquer, à valider et à développer, que pourra s’exercer la tâche confiée à des groupes de travail multidisciplinaires indépendants suffisamment dég

Quelques réflexions liées aux travaux futurs de l'Académie

Les activités nouvelles envisagées dans la présente présentation de l’Académie, définies suivant les trois axes indiqués correspondent à une approche globale qui apparaît de plus en plus nécessaire dans la situation actuelle et future de notre planète pour définir des moyens, des méthodes et des outils complémentaires à ceux déjà employés par les organisations concernées (Pouvoirs publics, Entreprises et Société civile représentée) d’aide à la décision dans le milieu complexe à caractère : humain, social, économique et écologique, marqué par de grandes incertitudes accentuées par l’accélération des phénomènes mondialisés. Une telle complexité pourrait correspondre à une image d’une planète comme d’une entité globale vivante , avec toutes les vertus et les difficultés attachées à cet état : Variation et Sélection nous disent les biologistes. En citant Kant, à propos d’éthique, « tu dois, donc tu peux « nous sommes encouragés, sinon contraints, à traiter de cette complexité

Publications des Membres Titulaires

Cette rubrique mentionne les références bibliographiques des principaux ouvrages publiés par les membres titulaires de l'Académie, admis conformément l'article 5 des Statuts (Publications individuelles ou en collaboration). Le nom suivi d'un astérisque signale, dans les textes, leur appartenance en cette qualité. TERNISIEN* Jean A. 1965 - J.A. Ternisien* - Contributions à la prévention contre la pollution atmosphérique par les moyens de la recherche scientifique. Délégation Générale à la recherche scientifique et technique (DGRST) - Paris 1966 - J.A.Ternisien* - Les pollutions et nui-sances d'origine industrielles et urbaines. Premier Ministre - Délégation générale à la recherche scientifique et technique La Documentation française - Paris Tome 1 - Leur prévention et les problèmes scientifiques, techniques, législatifs et réglementaires qu'elles posent en France. Tome 2 - Leur prévention et les problèmes scientifiques, techniques et réglementaires qu'